4 questions essentielles à se poser avant de décider de rentrer travailler en Afrique

#Repat

4 questions essentielles à se poser avant de décider de rentrer travailler en Afrique
Candace Nkoth
Écrit par Candace Nkoth
Publié le 28 avril 2019 à 14h00

#Repat

En 2014, alors que je travaillais à Paris comme consultante, j’ai été approchée par un chasseur de têtes qui m’a proposé de devenir la directrice de la filiale camerounaise d’une startup de commerce en ligne qui allait par la suite devenir Jumia. A l'époque, le choix était cornélien, mais m’a été facilité par le travail d’introspection que j’avais débuté en amont de cette opportunité. Que vous soyez candidate au retour en Afrique ou pas, répondre aux questions suivantes vous permettra de prendre les prochaines décisions clés de votre avenir professionnel - et personnel - avec assurance.

1. Qu'est ce qui me fait vibrer ?

Avant de vous jeter à corps éperdu dans la recherche d’emploi en Afrique, prenez le temps de de faire un travail d’introspection, afin de découvrir le type de mission qui vous passionnerait. Dans mon cas, passionnée de coaching et de développement professionnel, le retour en Afrique m'offrait une opportunité hors du commun, dans le cadre de mon travail comme en dehors, d'utiliser l'innovation comme outil de renforcement des capacités des femmes, des jeunes et des entrepreneurs. Et si, comme beaucoup vous n'êtes pas certaine de ce qui vous passionne, les questions suivantes pourraient vous aider à y voir plus clair :

- qu'est ce qui m'intéresse ?

- qu'est ce que je ferais de mes journées si gagner de l'argent ou ma réputation n'étaient pas un problème ?

- quelles sont mes valeurs ?

- quelles sont les causes que voudrais défendre ?

Avoir ce niveau de clairvoyance sur votre « mission » vous permettra

- d'identifier les meilleures opportunités pour votre carrière

- de rester motivée ou de rebondir plus facilement en cas de crise

- de briller en étant vous-même

2. Qu'ai-je à offrir ?

De manière objective quelles sont les compétences, les qualités, les connections ou l'expertise que vous pouvez mettre à contribution dans ce prochain chapitre de votre expérience professionnelle ? N'hésitez pas à faire une revue détaillée de votre CV et à les lister. En effet, avoir travaillé ou étudié en Occident ne fait pas automatiquement de vous une candidate de qualité pour le retour en Afrique. Avoir clairement en tête ce que vous avez à offrir vous permettra d'aborder ce chapitre avec confiance, et sera un bel antidote aux doutes potentiels de futurs collègues/équipes/clients quant à la réelle valeur ajoutée de votre profil de "repat".

3. Est-ce vraiment mon choix ?

Dans le top 5 des mauvaises raisons de rentrer travailler en Afrique on trouve :

“La vie en Occident est trop dure”

 “Plusieurs de mes contacts ont entrepris la démarche du retour sur le continent”

“Mes parents veulent que je rentre au pays”

 “Mon partenaire cherche du travail en Afrique”

“Les gens qui sont rentrés au pays semblent plus heureux sur les réseaux sociaux”

Il est toujours un peu risqué de faire des choix personnels (se marier, changer de travail, acheter une maison) en se basant essentiellement sur des circonstances extérieures. Ma recommandation au moment de prendre une telle décision, est de faire abstraction de vos pairs, du temps, de la famille, des réseaux sociaux (qui reflètent rarement une réalité exhaustive), et de vous concentrer sur le but véritable de votre vie à ce stade. Avoir un but clair vous évitera de prendre des décisions qui ne sont pas réellement les vôtres. Cela invalidera toute tentative inconsciente de comparaison avec d’autrui, vous poussera -si nécessaire- à faire le ménage dans votre vie, et vous permettra d'aborder votre aventure Africaine en étant la meilleure version de vous-même.

4. Et si ça ne marche pas ?

"Si tu reviens en occident après être rentré en Afrique, c'est que ça n'a pas marché". J'ai souvent entendu cette phrase dans des événements de networking, et sur les réseaux sociaux. Le problème avec cette approche -qui équivaut pour moi à rester marier pour ne pas avoir à divorcer, est qu’elle vous fera faire des choix basés sur l'égo et le regard d'autrui plutôt que sur votre développement. Je vous recommande, avant de faire le grand saut vers le continent, d'avoir ne serait-ce qu'une ébauche de plan B. Cela vous permettra d'avoir plus de sérénité en cas de crise ou d'imprévu et de continuer de grandir, quelque soit l'endroit où vous vous trouvez.

 En toute chose comme le dit Denis Waitley (un conférencier américain), «Espérez le meilleur, préparez-vous au pire et attendez-vous à être surpris.»

Bonne chance!

 

Pour rester informé(e) sur le travail de Candace et recevoir un chapitre gratuit de son programme de coaching; www.candacenkoth.com/coaching

Pour la contacter, suivre les événements auxquels elle participe ainsi que le contenu inspirant qu'elle partage : www.instagram.com/candacenkoth

Pour en savoir plus sur son parcours: https://candacenkoth.com/a-mon-propos/