Quand les rondeurs féminines inspirent l'art en Côte d'Ivoire

L’art fait corps avec les courbes

Quand les rondeurs féminines inspirent l'art en Côte d'Ivoire

© Tatou Dembélé/Sartaï/Elie Akadia

David DOLEGBE
Écrit par David DOLEGBE
Publié le 23 juillet 2018 à 12h04

L’art fait corps avec les courbes

Il n'est pas fou de remarquer que le corps de la femme est devenu une source d'inspiration pour bon nombre d'artistes africains. Cette forme d'expression qu'on retrouvait chez Edouard Mané, avec sa célèbre toile dénommée Olympia, conservée au musée d’Orsay à Paris, fait surface dans les illustrations d’artistes contemporains.

Qu’elle soit représentée nue ou déshabillée, les rondeurs voluptueuses de la femme sont de plus en plus présentes sur les tableaux dans les grandes galeries et établissements d’art. A Abidjan, où foisonnent les expositions et rencontres culturelles, on remarque que le corps de celle-ci a une forte visibilité auprès d’artistes locaux.

Dans ses œuvres surprenantes, Saraï D’Hologne s’applique à dessiner des motifs colorés sur des femmes Africaines nues, mettant bien souvent les yeux des admirateurs à rude épreuve et leur cerveau à contribution. Pour cette jeune artiste, dessiner les rondeurs féminines est comme sortir du train-train quotidien. « On dit que je dessine trop de femmes nues all shapes confondus, sinon je trouve la femme belle. Ne dit-on pas que God is the best artist ? J’aimerais que les gens autour de moi voient à travers mes yeux » a-t-elle confié dans une interview accordée à Culturiche à l’occasion du Lili Women Festival.

36223002_393387094401942_5163366815182618624_n

© Facebook/SartaÏ

Lors de ce rendez-vous culturel consacré 100% aux femmes, Sartaï comme elle aime se faire surnommer a présenté une exposition aux côtés d’une certaine Tatou Dembélé, elle aussi adepte de cette forme d’expression. Sa spécialité, ce sont les portraits. Mais quand Tatou Dembélé veut magnifier la femme avec son crayon, elle dessine allègrement ses formes et libère la jeune fille du pagne qui cache ses arrondis.

18767776_10210978918723136_1446024061738628666_n

  ©Tatou Dembélé

Quand les artistes photographes s’y mettent, le résultat devient encore plus palpitant et les représentations réelles comme on y voit avec le jeune ivoirien Elie Akadia qui assemble les maquillages artistiques et les rondeurs féminines pour dégager quelque chose de plus sensuelle.

Si l’idée est de retrouver une image de la femme éternelle telle qu’elle est en Côte d’ivoire, il faut accepter de reconnaître que certaines représentations choquent. Car, les artistes du XXème siècle ont bousculé les codes de représentation du corps féminin. Et cela au bon gré de nos locaux qui ne manquent pas de se laisser influencer par cette tendance qui n’exprime qu’un seul message : mettre en avant la beauté de la femme africaine dans toute sa diversité.

LIRE AUSSI >> Veronica Marché, l'illustratrice mode à suivre sur Instagram