Les 7 étapes de la fabrication du bogolan

Bogolan inside

Les 7 étapes de la fabrication du bogolan
David DOLEGBE
Écrit par David DOLEGBE
Publié le 24 février 2019 à 13h14

Bogolan inside

Le bogolan est un tissu d’origine malienne mais la technique de fabrication est utilisée dans plusieurs pays de la sous-région. C’est cette technique qui permet aux Akans par exemple, de confectionner le pagne Kita.

En ce qui concerne le terme « bogolan », il signifie étymologiquement « issu de la terre » en langue bambara. Dans les années 80, la renommée de ce tissu dépasse les frontières de la sous-région grâce à son intégration dans les créations de stylistes africains. Les créateurs ont fortement contribué à la valorisation du Bogolan et sa montée en puissance.

Quelles sont donc les étapes de fabrication bien gardées du Bogolan?

bogolanmam

Etape 1 : Le tissage du coton

Il s’agit de l’étape du tissage des bandes. Lors de la fabrication du bogolan seul le coton pur et naturel est utilisé.

Etape 2 : L’assemblage des bandes

Ensuite, s’en suit l’étape de l’assemblage des bandes tissées qui sont entassées pour donner un grand drap blanc.

Etape 3 : La récolte des feuilles de Siiga

Maintenant, place au processus de la coloration qui commence d’abord par la récolte des feuilles du Siiga (en Moré) ou Ngâlama (en Bambara), un arbre connu sous le nom de bouleau d’Afrique. Les feuilles récoltées sont séchées, pilées et trempées dans de l’eau à température ambiante. Une journée d’infusion plus tard et s’y retire un liquide de couleur jaune.

Etape 4 : La plonge du drap blanc dans le jus de Siiga

Le grand drap blanc qui avait été assemblé est plongé dans le liquide fait avec les feuilles de Siiga. Grâce à sa forte teneur en fer, le jus de Siiga va réagir sur le coton pur pour donner une couleur jaunâtre au textile. Le tissu est retiré puis étalé au soleil. Une fois séché, on répète l'opération jusqu'à trois reprises pour avoir à la fin un tissu jaune poussin.

Etape 5 : Le dessin du design avec de l’argile fermenté

L’étape suivante consiste à faire fermenter de l’argile chargée de fer et le mélanger dans du mil pendant 7 jours dans une cuve de terre. Une fois la fermentation terminée, l'argile obtenue est recueillie pour tracer les formes souhaitées sur le tissu.  Cette étape laisse une forte odeur au Bogolan. C’est aussi de cette étape que provient le radical du nom : BOGO.

Etape 6 : La coloration

Une fois que les formes souhaitées sont dessinées sur le grand tissu jaune, l'on passe à l'ajout des couleurs. Rappelons que l'argile utilisée est le même que celle utilisée pour la poterie,  et sa particularité est qu'elle est chargée en Fer, tout comme le Siiga. De ce fait, toutes les parties du tissu au préalable jaunies par le Siiga reçoivent un coup de pinceau d'argile active. Une réaction chimique naturelle qui va noircir toute les parties touchées par l'argile.

Etape 7 : Le séchage et le lavage

Une fois l'étape de la coloration terminée, le tissu passe au soleil pour séchage, moment pendant lequel toutes les réactions naturelles se produisent. Une fois totalement sec, le tissu est trempé dans de l'eau savonneuse pour subir un lavage rigoureux afin d'en retirer l'argile et de le débarrasser de la forte odeur de l'argile fermentée.

Une fois le lavage terminé, le tissu retourne au soleil pour y sécher. Après séchage le Bogolan est fin prêt.

36979418

LIRE AUSSI >> Tendances : 10 chemises unisexes en pagne Inspiration mode