Le photographe Tony Sant’Anna célèbre sa reconversion lors d'une exposition

Who’s The Ghost ?

Le photographe Tony Sant’Anna célèbre sa reconversion lors d'une exposition
David DOLEGBE
Écrit par David DOLEGBE
Publié le 11 mai 2019 à 12h43

Who’s The Ghost ?

C’est un véritable coup de maître réalisé par A’Lean and Friends. Pour la 5ème édition de la Cité des Arts, l’institution a choisi de présenter pour la première fois, l’artiste photographe Tony Sant’Anna. On pourrait facilement le surnommer Tony 100’talents. Laissez-nous vous le faire découvrir, et vous serez sans aucun doute au rendez-vous, le jeudi 23 mai à partir de 19h.

C’est comme un baptême du feu, la consécration et la reconnaissance d’un talent qu’il développe depuis quelques années et qu’il dévoile aujourd’hui au grand public. Pour ce premier vernissage sur les bords de la lagune Ebrié, c’est le Kajazoma concept, un cadre somptueux qui l'accueille, lui ainsi que ses œuvres photographiques. Alors qu’il partageait son temps entre le mannequinat et la photographie, il confiait au Modernetchic.com que le fait d’avoir été mannequin et modèle photo lui avait apporté “une perspective unique (...).” “J’arrive plus facilement à me mettre à la place de mon modèle, expliquait-il, ce qui facilite la direction artistique et met le modèle plus à l’aise. Le rendu est juste plus magique et c’est ce que j’apporte de nouveau : ma vision.”

Aujourd’hui, Tony semble avoir trouvé la voie qui lui convient le mieux, la clé de sa démarche artistique. Une nouvelle facette de lui-même, The Ghost, à son apogée. Maître du portrait et des captures instinctives des objets de notre vie de tous les jours. Mais Tony n’a pas encore fini de dévoiler son plein potentiel. Toujours à la recherche de la perfection, Tony n’a de cesse de travailler son talent, avec toujours plus d’exigence. Au point de se questionner, se remettre en cause, introspection naturelle qui rend si particulières ses finitions et ajoute une nouvelle qualité à son arc. L’atmosphère de mystère et de magie qui enveloppe ses photographies élucident l’origine de son nom d’artiste : the Ghost, fantôme qui n’a de cesse de nous surprendre.

58460582_2392304631050623_7417240810309025792_n

Pour le peu que nous découvrons sur ses réseaux sociaux, nous voyons que ses images ont une patte reconnaissable et sont toujours réussies : elles représentent le réel de façon singulière, de manière sensible, en équilibre entre deux subjectivités, celle du sujet photographié et celle du photographe. Ses portraits et autoportraits dévoilent l’essence de chacun de ses modèles, témoignant d’un regard lucide, généreux et aimant.

J'espère que vous savez maintenant où vous devrez être le 23 mai.

LIRE AUSSI >>   Les photographes ivoiriens à suivre en 2019