Lana Arma, une artiste avec les pinceaux et le cœur dans la main

Une artiste au grand cœur

Lana Arma, une artiste avec les pinceaux et le cœur dans la main
David DOLEGBE
Écrit par David DOLEGBE
Publié le 23 juillet 2019 à 18h58

Une artiste au grand cœur

Lana Arma, développe une technique artistique à cheval entre l’abstrait et le figuratif au gré des couleurs et par l’aval de ses pinceaux. Elle s’est installée en Côte d’ivoire depuis quelques mois. Mais l’on comprendra vite qu’elle a dû se battre pour s’imposer dans un climat artistique riche et varié. Lana est l’une des lauréate du concours d’art organisé par la Rotonde des arts. Nous l'avions rencontré dans un restaurant à Cocody. Bavardage et discussion sur son travail, notre dose de curiosité a eu pour son compte. Il est maintenant temps de tourner notre attention vers elle, impatiente que l’on découvre son univers.

1. Quel est le sujet principal dans votre travail ?

Je suis en quête d’harmonie, à la recherche du parfait équilibre entre les formes et les couleurs. Que ce soit dans le figuratif ou dans l’abstrait, ce qui fait que chacune de mes œuvres est unique. C’est ce qui me caractérise.

2. Après avoir exercé dans le domaine de la culture, vous embrassez le métier de la peinture. Comment se fait le déclic et la transition ? 

Le déclic s’est fait rapidement, car depuis l’enfance je dessine. Créer à toujours fait partie de mon quotidien, avec des styles et des techniques différentes, pour finalement, quelques années plus tard, trouver ma propre écriture. Et c’est à partir de là que, j’ai décidé de vivre de ma passion. Je me suis sentie prête à partager mon art au plus grand nombre.

3. A quoi ressemble votre atelier et dites-nous quelle est votre méthode de travail ?

(Rires) Je travail généralement dans des endroits calmes sans bruit. J’aime la zénitude car, pendant mes moments de création, je ressens doublement les vibrations qui sont autour de moi. Mais, je sais aussi m’adapter à mon environnement. Si je dois faire une performance devant un public, je me prépare psychologiquement à la foule autour de moi. Quand je suis dans mon processus de création, je suis concentrée, je me met dans une bulle de confort. Quelques fois, j’écoute de la musique, mais ce n’est pas systématique. La plupart du temps, je suis dans le silence.

66264a42-3df7-4c66-8ca0-862903df0b0f

4. Votre peinture est tantôt ethnique, tantôt moderne. Y'a-t-il un message particulier à percevoir ? 

Ma peinture me représente. Elle est un peu caméléon. Elle s’adapte à son environnement et aux nouvelles tendances, comme dans le domaine de  la musique. J’aime être au courant des nouveautés et je suis surtout très éclectique, dans mon processus de création. Je fonctionne de la même façon, j’aime me renouveler, surprendre, me surpasser et proposer des œuvres uniques et agréables pour les yeux et le cœur de celles et ceux qui les regardent.

5. Vous êtes en Côte d’Ivoire depuis un moment et vous avez présenté une riche exposition dénommée "Immersion". Pourquoi cette destination ? 

La côte d’Ivoire mais aussi plus globalement l’Afrique, a tout d'abord été pour moi, comme une évidence, un retour aux sources en quête de la naissance de mes origines. Donc concernant le thème de cette exposition, c’était important pour moi de livrer ce message à travers mes œuvres. Et, de rendre hommage à ce continent qui a été pour moi une révélation sur le plan humain mais aussi artistique.

6. Lana c’est aussi un engagement pour les causes sociales, dans quel cadre se situent ces actions et quelles sont vos perspectives à long terme ?

Depuis que je suis jeune je m’implique dans des actions comme le Téléthon en France, pour aider la recherche contre les maladies rares. Des projets en rapport avec l’humanitaire, notamment auprès des enfants. Cela me touche énormément, car les enfants ne trichent pas. Ils sont sans filtre et naturels. A long terme, j’aimerai pouvoir m’associer avec des organismes comme l’UNICEF ou l’UNESCO et partager ma passion pour l’art, avec les enfants à travers des ateliers.

7. Racontez-nous une anecdote sur votre expérience d'artiste peintre ? 

C’est lorsque j’ai voulu m'essayer à une autre technique de création et que ça n’a pas du tout donné le rendu que je souhaitais. Je n'étais pas du tout satisfaite.  La morale de cette histoire, c’est que lorsque les choses peuvent vous paraître irrécupérables, il y a, je pense, toujours une façon d’en tirer des leçons et de les transformer positivement.

LIRE AUSSI >> Interview Femme à Suivre : Paola Audrey nous livre ses secrets de réussite