Lafalaise Dion : la reine des cauris s'exporte en Suisse

La reine des cauris

Lafalaise Dion : la reine des cauris s'exporte en Suisse
David DOLEGBE
Écrit par David DOLEGBE
Publié le 15 juin 2019 à 12h02

La reine des cauris

Lafalaise Dion et ses cauris s’envolent pour la Suisse à l’occasion du festival Afrodyssée qui se tiendra du 14 au 15 juin 2019 à Genève. La créatrice ivoirienne qui utilise des cauris comme accessoire de mode prend ainsi une autre dimension de son expression artistique.

61077156_2324366114276653_7268272813900055992_n

En effet, elle fait partie des nombreux artistes et designers africains qui valorisent les richesses culturelles du continent. Ses chapeaux et accessoires créés à l’aide de cauris font sensation et se positionne dans la carré des tendances africaines. C’est le résultat d’un travail acharné et d’une inspiration qui vient du pays profond. De l’ouest de la Côte d’Ivoire où les danseurs à couteaux utilisent des cauris dans leur costume : “J'ai toujours été fascinée par ces petites danseuses originaires de chez moi, la région des 18 montagnes. J'aime le maquillage qu'elles portent sur le visage, les formes du chapeau, mais surtout l'utilisation des cauris. Je pense que c'est une des principales raisons pour laquelle je suis autant fascinée par les cauris.”

Aujourd’hui, Lafalaise en est l’ambassadrice car l’épidémie du charme des cauris s’est propagée autour d’elle. D’abord, au Festival Afrochella puis sur les réseaux sociaux de grands médias comme Vogue. Ainsi, se dégage une sorte d’appartenance culturel et d’acceptation de soi chez les particuliers et modèles qui arborent ses accessoires.

A 26 ans aujourd’hui, elle souhaite que ses créations soient l’objet d’exposition dans des galeries d’art contemporain. Mais cela passe par un passage remarqué au festival Afrodyssée. Cette année, ce grand marché qui réunit les designers de la mode et de l’artisanat du continent africain a fait le pari des talents émergents au lieu de grandes figures. Et ce, avec pour vocation de se produire dans d’autres villes et d’autres pays dans les années à venir.

LIRE AUSSI >> Le "Thiébou dieun" prochainement sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO