Cinéma : La Nonne, la grande frayeur de la rentrée

Pour de peu

La Nonne, actuellement diffusé au Cinéma Majestic CI

© dr

David DOLEGBE
Écrit par David DOLEGBE
Publié le 02 octobre 2018 à 15h11

Pour de peu

Roumanie, 1952. L’église catholique apprend le suicide d'une jeune nonne dans une abbaye du pays. Partout, la stupéfaction est totale. Pour mener une enquête, le Vatican missionne aussitôt un prêtre au passé trouble et une sœur novice. La tâche est rude pour les deux ecclésiastiques, car ils doivent affronter une force maléfique, le démon Valak, qui bouscule leur foi et menace de détruire leur âme. Bientôt, l'abbaye est en proie à une lutte sans merci entre le bien et le mal.

La Nonne ou The Nun, de son titre original, a alimenté les débats depuis son annonce jusqu'à la publication du teaser terrifiant. Un teaser qui a été censuré par YouTube à cause de sa forte teneur en horreur, remplacée par une bande annonce moins horrifiante. Mais si le teaser et même la bande annonce laissent entrevoir un film à la hauteur des films d'épouvante d'envergure, il est bien loin de cette estimation trop valorisante

42731805_1913340442302105_3566268580326539264_n

© Majestic Cinéma Côte d'Ivoire

La Nonne donne un goût particulier où la religion est la pierre maîtresse. Un film qui met en évidence le combat perpétuel du bien contre le mal. Un combat bien important et terrifiant par la même occasion. Un combat qui n'est pas de tout repos et le film nous le révèle fortement. Pour pousser un peu plus dans l'horreur, une inscription sur la porte au sous-sol du couvent vient heurter les croyances des spectateurs. "Dieu s'arrête ici", une inscription qui donne froid dans le dos, dès les premières scènes du film. Les scènes qui suivent sont lentes, assez mitigées et troublantes.

Le film tourne autour de trois personnages clés qui vont tenter d'élucider le mystère autour du suicide d'une nonne. Ces personnages censés découvrir les vrais causes du suicide vont être les principaux « joujoux » du démon qui a élu domicile dans le couvent. Il n'y a pas d'investigation véritable. L'on peut être amené à se demander "Mais que font-ils au couvent ?". Le démon crée le trouble parmi les religieuses qui n'ont d'autres repères que d'adopter un style de prière continue. Le démon est plus que fort et elles doivent redoubler d'ardeur.

Le scénario n'a rien d'un film d'horreur classique ou sophistiqué. Il est plat et dénué du sens de la peur. L'impression de voir un film simple peut bien traverser les esprits. Cependant, il faut noter qu'à quelques scènes, le film arrive à susciter de la peur. Mais cela ne peut pas le sauver du dérapage, qui est plus qu'évident. Les acteurs, eux, sont parfaits chacun dans son registre. Une belle chorégraphie des répliques a essayé de rythmer ce flop. La fin, quant à elle, est agréable à voir.

La nonne n'est pas à la hauteur de ses confrères de la même franchise ou des habituels films d'horreur que l'on adule. Scream ou même le légendaire Massacre à la tronçonneuse, sont des succès dont la qualité ne saurait se rabaisser face au très médiatisé La Nonne.

La Nonne, en ce moment dans les cinémas Majestic

Retrouvez les dates et horaires de diffusion de La Nonne  

LIRE AUSSI >> L'Ombre d'Emily : un duo entre comédie et thriller