Rencontre avec Jean-Louis Menudier PDG UNIWAX

DIOR X UNIWAX

Rencontre avec Jean-Louis Menudier PDG UNIWAX
Écrit par ELLE.CI
Publié le 03 juin 2019 à 13h45

DIOR X UNIWAX

Quelques semaines après la présentation inédite de la collaboration entre la maison Dior et UNIWAX pour la collection en hommage à Nelson Mandela, nous avons rencontré Jean-Louis Menudier, le président-directeur d’UNIWAX depuis 1994. Dans une interview exclusive accordée à la rédaction, le chef d’entreprise revient sur les détails de la collaboration. Il explique comment UNIWAX a réalisé à son niveau ce grand projet. 

Pouvez-vous, vous présenter à nos lecteurs s’il vous plaît ?

Je suis Jean-Louis Menudier, président directeur général d’UNIWAX depuis 1994. 

Uniwax est une entreprise Ivoirienne. Le résultat d’un transfert de savoir-faire et technologie de la part de l’entreprise Vlisco au Pays Bas, spécialiste du Wax depuis de 170 ans. Dans les années 60, la maison a décidé de transférer son savoir-faire en Afrique. En 1967 et 1968, UNIWAX a été créée. Nous avons commencé à produire depuis 1970. UNIWAX aujourd'hui, c’est une entreprise forte qui continue son expansion et réalise des collaborations au niveau international. 

La collaboration entre UNIWAX et la maison Dior, depuis combien de temps vous l’avez préparé ?

Ça s'est fait assez rapidement. Cette collaboration est née du fait qu'UNIWAX était bien connue de l'anthropologue Anne Grosfilley qui a réalisé un super ouvrage sur le wax et qui a été lu par Maria Chiuri Gracia, la directrice artistique de la maison Dior. Maria a pris contact avec Anne Grosfilley. Quand elle lui a fait part de son projet qui était de faire produire du wax en Afrique, Anne l’a orienté vers nous. L’équipe de Dior avec Maria Gracia est venue à UNIWAX pour nous présenter leur projet et ensuite nous avons essayé de réaliser ce qui correspondait à leur attente, à savoir, créer entièrement une collection à partir d’idées qu’ils nous avaient donné. Tous les dessins ont été réalisés à partir du studio dessin d’UNIWAX et ensuite produit en de petites quantités pour faire le défilé. Et puis,  nous allons bientôt recevoir les commandes de quantités plus conséquentes suites aux commandes qui seront passées par les acheteurs chez Christian Dior. 

Pourquoi le défilé ne s’est-il pas produit en Côte d’Ivoire alors que la collaboration est signée UNIWAX Côte d’Ivoire et que tous les tissus ont été imprimés ici ? 

Le défilé était prévu avant de nouer la collaboration. Et je pense que Dior à travers ce défilé, voulait créer un carrefour de l’Afrique et Marrakech représente quelque part ce carrefour entre l’Europe et l’Afrique. C’était bien que le défilé se soit déroulé là-bas. On peut imaginer que demain, des défilés de grandes maisons se fassent à Abidjan. Pourquoi pas ? 

Qu’avez-vous pensé des pièces de la collection ? Et la participation de Pathé'O ?

Magnifique ! Une utilisation de notre créativité à nous Ivoiriens, transformée par la direction artistique de Christian Dior dans des produits absolument magnifiques. J’ai Adoré ! 

Alors, quant à Pathé’O, c’est un lien très fort avec UNIWAX depuis bientôt 30 ans aujourd'hui. C'était le premier ciseau d’or UNIWAX. Nous avons toujours collaboré avec lui. C’est un homme brillant, créatif, qui a beaucoup d'idées. Il a su lancer sa gamme de produits à l’international à partir de tissus UNIWAX avec lesquels il a commencé. Aujourd'hui, il s’est diversifié, pour moi, c’est une très bonne chose. 

Qu’est-ce que cette collaboration représente pour la marque UNIWAX ?

Pour UNIWAX, c’est l’occasion de montrer à quel niveau nous sommes arrivés quand on parle de créativité, de qualité de réalisation, de rapidité d'exécution également. Parce que nous avons eu un délai très court produire ces tissus. On a eu moins de deux mois pour créer un plus de 20 dessins pour Christian Dior et imprimer les premières quantités nécessaires pour le défilé. Cela montre qu'en Afrique, il y a des sociétés capables d’un haut niveau de créativité, de qualité et de rapidité d'exécution. 

Aussi, c’est l'occasion pour UNIWAX de se positionner un peu plus haut. De montrer que nous ne sommes pas seulement une entreprise Ivoirienne ou sous-régionale, mais plutôt que nous sommes sur le point de devenir une marque qui sera globale dans quelque temps. 

Cette collection a suscité beaucoup de réactions. On a lu des propos de personnes qui estiment que c’est une appropriation culturelle. Quel est votre avis sur la question ? 

Je trouve ces remarques assez déplacées. C’est un peu dommage que certains ne comprennent pas ce qu’il y a derrière tout ça ; parce que c’est une véritable collaboration qui a eu lieu. Nous en Afrique, on souhaite tous avoir des grands noms de la mode. Et pour une fois que ça s’est fait dans une parfaite collaboration, avec des échanges et un travail créatif qui s’est fait en commun, avec un partage des bénéfices, il faut s’en réjouir. Il faut savoir que pour UNIWAX, c’est une opération financière. Moi, je n’ai que des commentaires positifs à faire et le regret que certains n'aient pas compris. 

Les pièces, seront-elles disponibles en Côte d’Ivoire ? 

Je ne pense pas. Il n'y a pas encore de représentants légaux de la maison Dior en Côte d’Ivoire, peut-être que demain, il en aura ou, une personne qui les revendra à Abidjan. Nous ne sommes pas structurés pour le faire. Nous imprimons essentiellement les tissus et ensuite, nous avons un réseau national et international de distribution. Mais, je ne nous vois pas représenter la marque. 

Prévoyez-vous d’autres collaborations de cette envergure ? Si oui pouvons-nous avoir quelques lignes de ces projets ? 

Ce n’est pas la première. UNIWAX a déjà collaboré avec plusieurs marques des années auparavant. Je m'attends à ce qu’il ait d’autres collaborations de cette envergure. C’est inscrit dans la stratégie d’UNIWAX. Nous voulons avoir notre propre créativité en terme de dessins, de développement de nouveaux produits. Aller sur de nouveaux marchés…. Exemple, le pagne à la demande qu'UNIWAX vient de lancer avec des ventes en ligne. 

LIRE AUSSI >> Interview de Pathé’O : les grandes lignes de sa collaboration avec Dior