Interview de Pathé’O : les grandes lignes de sa collaboration avec Dior

Pathé’O x Dior !

Interview de Pathé’O : les grandes lignes de sa collaboration avec Dior

© Benyto Photographie

Lafalaise Dion
Écrit par Lafalaise Dion
Publié le 14 mai 2019 à 09h54

Pathé’O x Dior !

Sollicité pour créer la pièce phare du dernier défilé Cruise de la maison Dior en hommage à Nelson Mandela, Pathé’O Ouedraogo nous dévoile les grandes lignes de cette collaboration inédite. Dans une interview exclusive accordée à la rédaction, celui qui a habillé les plus grands hommes d'Etats Africains, se confie.

Vous n'êtes plus à présenter. Vous êtes une des figures incontournables de la mode en Afrique. On retrouve votre griffe aujourd'hui dans tous les coins du continent, dans le dressing des plus grands hommes d’Etats Africains. Comment y êtes-vous arrivés ?

C’est un processus long à expliquer en quelques lignes. Des décennies de travail, de prises de risque. J’ai été un des premiers à créer dans une société où les consommateurs sont influencés uniquement par ce qui vient de l'extérieur. Il fallait de la ténacité, la patience et encore des risques. Pour les boutiques, elles sont le résultat des exigences des consommateurs. Quand on évolue dans un environnement qui évolue, il faut évoluer avec lui. Pour être plus proches de nos clients, nous avons décidé de mettre en place ces points de vente Pathé’O. Pour une chemise, les clients ne viendront plus jusqu'à Treichville pour en acheter, ils iront vers le point de vente proche de leur lieu de résidence.

Dans un environnement peu réceptif à la consommation locale, comment avez-vous réussi à vous imposer ?

IMG_8889

Rires ! Je ne sais pas si je l’ai vraiment imposée, je suis ravi de savoir que vous le pensez.

Nous sommes passés par plusieurs étapes pour arriver à ce niveau aujourd'hui. Il a fallu prouver notre légitimité en tant que créateur en Afrique. Quand on commençait, ce métier était méconnu, ou marginalisé. On associait les créateurs, couturiers “aux derniers”. C'était un des métiers réservés aux “ perdants”.

Il y a également la difficulté dans l’industrie elle-même. Grâce à notre travail, nous y sommes arrivés. Il y a eu les ciseaux d’or qu’on a remporté en 97. Le concours organisé par UNIWAX, le premier grand concours pour couturier en Côte d’Ivoire. J’étais d'ailleurs le premier lauréat. Cela m’a donné une notoriété. Il y a eu le concours Miss Côte d’Ivoire. J’ai été le premier habilleur du concours pendant 10 ans.

Toutes ces étapes ont contribué à notre solidification. C’est sans oublier, la rencontre avec Miriam Makeba et surtout Nelson Mandela.

Justement, ce qu’on voit partout en ce moment dans les médias à travers le monde, c’est votre collaboration avec la maison Dior. Comment avez-vous rencontré Maria Gracia ?

Tout d’abord, je dois indiquer que le projet n’est qu'à sa première phase d'exécution. La maison Dior a décidé de travailler le pagne Wax pour 2020. Elle recherchait donc du pagne wax authentique, fait en Afrique, par les Africains. C’est pourquoi, ils se sont naturellement tournés vers UNIWAX.

Elle m’a été introduite par une de mes connaissances, l'anthropologue Anne Grosfilley qui étudie le pagne.

Nous nous sommes rencontrés autour d’un dîner, le lendemain, ils sont venus à l’atelier. Maria était accompagnée de son équipe composée d’environs 8 femmes. J’ai répondu à leurs questions. Elles semblaient impressionnées par le travail des artisans, les imprimés, les finitions et l'ingéniosité du travail fait ici. On parlait, Maria visitait l’atelier. Elle est tombée sur ma photo en compagnie de Nelson Mandela, elle n’en revenait pas.

À la fin de nos échanges, elle est repartie sans donner un message concluant. Nous avons donc continué nos échanges par e-mail. C’est ainsi qu’elle m'a annoncé qu’elle souhaitait collaborer avec moi en utilisant la photo de Nelson Mandela sur tous les pagnes. J’ai accepté, avant de l’orienter vers la fondation Nelson Mandela pour les questions relatives à l’image de l’ancien président Sud-Africain. Après échanges, les personnes en charge de la fondation ont expliqué à l’équipe de Dior que Nelson Mandela n'associait pas son image aux projets destinés à des fins commerciales. La maison Dior a décidé de faire ce premier défilé en hommage à Mandela avant de poursuivre les discussions avec la fondation pour le projet prévu en 2020.

Ensuite, ce fut au tour de la création de la pièce phare de défilé. Il fallait qu’on trouve un moyen d’imprimer le portrait de Mandela sur les chemises. Le tissu de départ avec lequel on devait travailler ne convenait pas, j’ai dû proposer la couleur dans un tissu fait par moi, le moucheté, c’est celui qui a été finalement retenu.

Patheo-Dior-05

Comment avez-vous vécu ce défilé à Marrakech ?

Puisque j’avais fait la pièce, il fallait que je sois à Marrakech pour le défilé Cruise de Dior.

Ce défilé n'était pas comparable à ce qui se fait ici. C’est un niveau très élevé que nous atteindrons un jour si nous nous y mettons aujourd'hui.

Il y avait 90 mannequins sélectionnés à travers les plus grandes agences pour 146 modèles présentés. Dans les backstages, l’équipe était composée de 120 personnes. Chacun affecté à un poste précis.

Quand ce fut l’ouverture de show, ma pièce fut présentée en première. Elle représentait l’essence de ce défilé.

C'était une expérience enrichissante. La collection sera disponible en 2020.

Quelle est la suite de la collaboration avec Dior ?

Tout se décidera d’ici 2020 à la sortie de la collection. On établira tout ce qu’il y a à faire pour la collaboration.

Quelques jours seulement après le défilé est-ce que vous pouvez déjà mesurer l’impact sur votre marque ?

C’est trop pour le dire, mais il y a eu énormément d'exposition pour la marque. J’ai donné de nombreuses interviews, les médias influents ont relayé l’information partout. Les retombés seront bientôt percevables pour très longtemps.

Après le défilé Dior, qu'est ce que vous nous réservez pour la suite ?

Je prépare une collection pour un défilé au Congo pour le mois de juin.

LIRE AUSSI >>  Le créateur Ivoirien Pathé'O ouvre le défilé de la marque Dior