7 questions à Cécile N'diaye, co-fondatrice de Mis Wude

Made in Sénégal

7 questions à Cécile N'diaye, co-fondatrice de Mis Wude
jessica brou
Écrit par Jessica
Publié le 02 juin 2017 à 12h30

Made in Sénégal

Créée en 2008 par Cécile et Mbor N'diaye à Keur Massar, dans la périphérie de Dakar, Mis Wude est une maison de maroquinerie en devenir qui valorise les savoir-faire de l'Afrique subsaharienne. Les créations Mis Wude seront présentes au Design Market d'Abidjan qui aura lieu du 03 au 04 juin et organisé par Dabira, initiative de Charlotte Ashamu. Pour l'occasion, nous avons interviewé la co-fondatrice de Mis Wude.

Comment est née votre marque Wis Wude ?

Au départ, je venais au Sénégal car j'y ai des attaches. J'étais enseignante d'Arts Plastiques en France. J'avais besoin d'une paire de chaussures et des cordonniers ont réalisé la chaussure que j'avais dessinée et le résultat était formidable ! Au moment de mettre l'étiquette, les artisans ont mis "made in Italy". Le marketing de l'époque m'avait un peu choquée. Rentrée en France, mes chaussures ont beaucoup plu, j'ai donc organisé des ventes privées. Puis, j'ai été sélectionnée comme designer au salon de la chaussure à Paris et je continuais à produire au Sénégal. Ça a boosté mon mari et moi. On s'est dit que ça devait se faire mais avec du made in Sénégal et se battre pour ça. L'amour du beau savoir-faire et les produits africains étaient vraiment les moteurs de Mis Wude. On s'est confronté aux réalités : les difficultés de production, monter une équipe fiable. Mais au fur et à mesure, l'équipe s'est développée, les produits ont évolué avec nos employés et aujourd'hui nous ambitionnons de devenir une maison de maroquinerie africaine. L'Afrique de l'Ouest a des univers très diversifiés dans le travail du cuir et des usages très différents. Cela passionne mon mari et moi-même. Nous allons vers ces artisans. Profitons de nos voyages pour échanger avec eux. On acquiert des techniques et en fonction de chaque technique. Je designe des objets qui vont permettre à toute l'équipe d'assimiler ces techniques. Notre maison permet de rassembler des artisans qui auront un large panel technique. Nous sommes dans la démarche de transmission qui est très importante pour nous.

« Mis signifie "Made in Sénégal", notre engagement de départ. On ne peut pas continuer à prendre que des produits d'ailleurs, il faut trouver le bon équilibre. Sortir l'artisanat de l'informel, tel est notre credo. »

Mbor-cecile-Ndiaye-

Pourquoi Mis Wude ?

"Mis" signifie Made in Sénégal, notre engagement de départ. On ne peut pas continuer à prendre que des produits d'ailleurs, il faut trouver le bon équilibre. Sortir l'artisanat de l'informel, tel est notre credo. Et Wude, est la caste des artisans qui travaillent le cuir. Avec Mis Wude, nous créons un tissu économique entre bijouterie, cuir... pour faire vivre la banlieue de Dakar.

Où puisez-vous votre inspiration ?

C'est vraiment la quête des techniques. Elle va définir le design. Ce qui m'inspire aussi, c'est la ville de Dakar, ses habitants qui sont stylés quelque soit la classe sociale. C'est une source d'inspiration intarissable ! Depuis 2 ans et demi, l'atelier commence à être autonome. Je fais des créations beaucoup plus artistiques avec des séries en wax. J'associe de plus en plus l'art. J'expérimente toujours.

En trois mots, comment décririez-vous Mis Wude ?

Maison de maroquinerie africaine !

D'où vous est venue l'idée d'allier le wax et le cuir ?

Pour moi, le wax est un objet symbolique. On dit que c'est un tissu devenu africain mais il a été introduit en Afrique dans un rapport de force économique déséquilibré. Il a été absorbé par les populations africaines. Á partir des indépendances, il a été produit ici. Á présent, ce sont les chinois qui se sont appropriés la production. Je trouve que c'est un tissu qui symbolise le rapport au pouvoir qu'ont les africains. Notre geste est de déchirer ce tissu pour se le réapproprier avec un savoir typiquement africain : c'est inverser le rapport de force !

Aujourd'hui, quel est le modèle le plus prisé de toutes vos créations ?

La pochette vibration !

VIB10-A

Si vous deviez choisir une égérie, qui serait-elle ?

Lupita Nyong'o ! Et Fatou Diome, c'est une femme franche qui dit ce qu'il faut quand il faut. Ce sont des femmes fortes qui ont de la personnalité et qui sont maqnifiques !