Prisca Gilbert : « Ma véritable fierté, [..] ce sont les étoiles dans les yeux d’un client satisfait »

Interview

Prisca Gilbert : « Ma véritable fierté, [..] ce sont les étoiles dans les yeux d’un client satisfait »

© Philippe Loret Studios

Écrit par ELLE.CI
Publié le 24 octobre 2018 à 17h15

Interview

Cheffe itinérante, co-productrice de sa chaîne Youtube MIAM, consultante culinaire, anciennement aux fourneaux de son restaurant Mosaïc…Prisca Gilbert vit sa passion pour la cuisine sur toutes les plateformes qui le lui permettent. Aujourd’hui, elle nous raconte de sa passion, ses projets et ses goûts culinaires.

De responsable marketing à Cheffe cuisinier, qu’elles ont été les éléments déclencheurs de ce changement de carrière?

Passer du marketing à la cuisine a été plutôt brutal pour mes proches mais pas pour moi. La cuisine a toujours été en parallèle de ma vie professionnelle dans le commerce et le marketing, un peu comme si j’avais une double vie (rires). Au fond de moi j’ai toujours su que cette passion deviendrait ma profession. Je ne m’épanouissais plus en tant que cadre commercial et marketing, il fallait que je quitte mon bureau confortable et que je vive ma passion pour la cuisine pleinement.

En 2014, tu as lancé le restaurant Mosaic aujourd’hui fermé. Que retiens tu de cette aventure entrepreneuriale ?

Le Mosaic, mon premier restaurant est une belle prise de risque (rire). J’y ai appris à trouver le juste équilibre entre ma passion et l’entrepreneuriat. Cette aventure m’a formé à la restauration et au métier de chef. Le Mosaic a impulsé en moi cette envie de perfection et d’apprentissage. Pour relever le défi de cette reconversion en tant que restaurateur, j’ai suivi une formation à l’institut Paul Bocuse à Lyon et je ne retiens que du positif !

Souhaiterais-tu renouveler l’expérience ?

Oui, le Mosaic a été une délicieuse esquisse. Mon prochain restaurant je le veux beaucoup plus accompli, plus mature, plus créatif avec des aspirations et une signature artistique culinaire beaucoup plus définies.

« [...] j’estime que le métier de chef ne se vit pas seulement dans les cuisines d’un restaurant »

Cette année a été fructueuse en terme d’expérience dans ton domaine d’activité, peux-tu nous en dire un peu plus ?

J’avais besoin de nourrir ma gourmandise culinaire. J’ai donc orienté différemment mon activité parce que j’estime que le métier de chef ne se vit pas seulement dans les cuisines d’un restaurant. C’est un métier de partage, d’échange et de plaisir. Je suis chef itinérant, j’officie lors de dîners privés, formatrice pour particuliers et professionnels, consultante culinaire, j’accompagne des professionnels ou non professionnels souhaitant entreprendre dans les métiers de bouche et je suis aussi conceptrice de contenus culinaires audiovisuels télé, radio, presse et digitale.

Peux-tu nous en dire un peu de ton émission culinaire MIAM, que nous réserves-tu pour la saison 2 ?

MIAM, ce sont des capsules culinaires que je co-produis et que j’anime. Ce sont des recettes fun, modernes, simples avec des produits accessibles. Pour la saison 1 déjà diffusée sur YouTube, Facebook et ELLE.ci ! Nous avons 12 épisodes. Pour la saison 2, attendez-vous à plus de surprises, de gourmandises, d’invités inédits et surtout beaucoup plus de recettes.

Tu es maman de deux petits garçons, ont-ils été contaminés par le virus de la cuisine aussi ?

Oui, je suis maman de deux gourmands ! J’essaye de leur inculquer de bons réflexes alimentaires, acheter et leur expliquer les ingrédients, les mettre en contact avec les matières premières, je cuisine avec eux. Mais ce qu’ils préfèrent c’est manger ! (rires)

« Je ne suis pas encore au bout de tout ce que j’ai envie de réaliser. »

Quelle est la réalisation culinaire dont tu es la plus fière ?

Fière (hésitations), pas encore ! Je ne suis pas encore au bout de tout ce que j’ai envie de réaliser. Ma véritable fierté ce n’est pas une réalisation en particulier, ce sont surtout les étoiles dans les yeux d’un client satisfait !

Les chefs que tu rêves de rencontrer et pourquoi ?

Massimo Bottura, j’aime son approche culinaire très artistique et sa générosité. Il a ouvert un restaurant gastronomique “le Refettorio” qui sert gratuitement des plats du lundi au vendredi aux SDF et aux migrants et je trouve cela admirable.

Un classique de la cuisine que tu aurais voulu créer ?

L’alloco, tout simplement ! Une tranche de banane qui tombe dans de l’huile chaude et qui fait vibrer tout un peuple (rires).

Ton restaurant préféré à Abidjan?

J’adore la queue de bœuf braisé du Saakan ! La viande parfaitement cuite, tendre à souhait, la petite sauce et les champignons, un délice !

Un conseil à tous les chefs aspirants qui veulent se lancer?

Lancez-vous mais assurez vous d’aimer votre métier ! Confucius a dit “choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie”. Le métier de chef est difficile mais tellement gratifiant ! Autre point important, Le chef cuisinier ne compte pas ses heures, plus il travaille, meilleur il est !

LIRE AUSSI >> MIAM by Chef Prisca Gilbert : choukouya de fruits de mer

LIRE AUSSI >> MIAM by Chef Prisca Gilbert : carpaccio d'ananas saveur Mojito