Cancer du sein, la prévention en 9 questions à un médecin

Prévenir le cancer du sein

Cancer du sein, la prévention en 9 questions à un médecin

© DR

jessica brou
Écrit par Jessica
Publié le 06 octobre 2017 à 15h40

Prévenir le cancer du sein

Le docteur Comoe est médecin au service de cancérologie du CHU de Treichville et Chargé d’Etude au Programme National de Lutte contre le Cancer. Il fait pour nous le point sur de dépistage, la prévention et le traitement de la maladie en Côte d'Ivoire.

Quelles sont les techniques de dépistage du cancer du sein en CIV ?

iI y a deux techniques : la palpation (examen des seins) et la mammographie. La première peut se faire par la femme elle-même. C'est ce qu'on appelle l'auto-palpation qu'on recommande de faire une fois par mois et de préférence 8-10 jours après le début des règles pour détecter plus facilement une éventuelle anomalie. Une femme ménopausée peut le faire à n'importe quel moment dans le mois. Au cours de l’année, on recommande de faire un examen clinique des seins chez un agent de santé. La deuxième technique est la mammographie, une radiographie des seins, qui permet de détecter des tumeurs.

comment faire l'autopalpation

Comment se fait l'auto-palpation ?

L'auto-palpation se fait en 3 temps :

L’inspection qui consiste à se mettre face à une glace et observez ses seins d’abord avec les bras le long du corps et ensuite avec les mains à la taille et finalement en les levant au-dessus de la tête. Observer ses seins afin de détecter des différences entre un et l’autre sein, des modifications de taille, de forme et de contour de chaque sein (volumes, grosseurs, rétraction des mamelons).

La palpation : avec les trois doigts centraux joints et à plat de la main gauche, réaliser des mouvements concentriques et en spirales autour du sein en pressant doucement mais fermement avec la pulpe des doigts et en effectuant des mouvements circulaires à chaque niveau de la périphérie du sein jusqu’au mamelon et dans le sens des aiguilles d’une montre. Si on sent une boule, il faut consulter.

L’examen des aisselles : il faut palper l’aisselle correspondant au sein examiné, pour détecter l’apparition de grosseurs ; pour cela déplacer la main tout autour de l’aisselle en réalisant des mouvements circulaires de la main en chaque position, la pression doit être légèrement plus forte que pour l’examen du sein lui-même.

Y'a t-il un âge pour se faire dépister ?

On recommande l'auto-palpation à partir de 25 ans, 1 fois par mois. Á partir de 45 ans, il est conseillé de faire une mammographie tous les 2 ans.

Quels sont les facteurs de risques ?

Il y a le fait d’être de sexe féminin car le cancer du sein survient aussi chez l'homme (1% des cas). L'âge supérieur à 50 ans, une première grossesse tardive, l'obésité, la sédentarité et l'alcool sont des facteurs de risques. Il faut être très attentive si vous avez des antécédents familiaux de cancer du sein. Si vous avez une mère, une soeur ayant eu un cancer du sein, il faut le dire à votre médecin. Des maladies comme l'hyperplasie atypique ou des traitements de radiothérapie avant 30 ans sont des facteurs de risques. Un âge précoce des premières règles (avant l'âge de 12 ans) et une ménopause tardive (après 55 ans constituent des facteurs de risque du fait de l’exposition accrue aux œstrogènes naturels.

LIRE AUSSI >> Pink Party : dansez pour la lutte contre le cancer du sein

En dehors du dépistage, quelles habitudes prendre (alimentation, activité physique, produits à proscrire...) pour réduire les risques ?

Avoir une bonne hygiène de vie, éviter l'alcool, manger des fruits et légumes, consommer la viande rouge avec modération, pratiquer du sport !

Il y a plusieurs formes de cancers du sein, pouvez-nous dire lesquels et nous expliquer leurs différences ?

Il y 5 types de cancers du sein. Le cancer du sein non infiltrant ou in situ : qui sont localisés avec de bons pronostics de guérison. Le cancer du sein infiltrant (parfois appelé adénocarcinome canalaire) est le type de cancer du sein infiltrant le plus courant. La maladie de Paget du mamelon. Dans le cas de la maladie de Paget du mamelon, les cellules cancéreuses se développent à l’intérieur et autour du mamelon. La maladie de Paget du mamelon est un autre type de cancer du sein moins courant ; elle représente moins de 5 % de tous les cas de cancer du sein. Elle est plus commune chez les femmes âgées de plus de 50 ans. Le cancer du sein triple-négatif. Les cancers du sein peuvent en outre être classés en différents sous-types selon certaines caractéristiques comme le statut de leurs récepteurs. Les cancers du sein triple-négatifs tirent leur nom du fait qu’ils ne présentent aucun récepteur d’œstrogène ni de progestérone .

Comment expliquez-vous le taux de mortalité élevé (54% en Côte d'Ivoire en 2015) du cancer du sein ?

Les diagnostics sont faits tardivement. En effet, les patientes consultent aux stades 3 et 4 de la maladie qui sont des stades où la survie est faible au-delà de deux ans. Il y a aussi la méconnaissance des signes cliniques par les agents de santé ce qui allonge parfois le parcours de la malade. L'autre raison est le manque de moyens financiers des patientes pour payer le traitement.

Quelle évolution notez-vous sur le traitement du cancer du sein ?

L'évolution est plutôt positive. Le traitement du cancer du sein comporte 4 phases : la chimiothérapie, la chirurgie, la radiothérapie et hormonothérapie. Depuis une dizaine d'années, le coût des traitements a baissé de 50 à 70%. La radiothérapie arrive au CHU de Cocody d'ici janvier 2018. Certaines chimiothérapies peuvent même coûter 90% moins cher que le prix initial. Nous travaillons pour la baisse et la gratuité des soins.

Quelles initiatives et programmes en Côte d'Ivoire permettent d'accompagner les femmes atteintes de cancer du sein ?

Pour le moment, les actions sont plus tournées vers la prévention par la sensibilisation sur les facteurs de risques, le dépistage par l’auto-palpation et la mammographie avant l’âge de 45 ans, la formation continue des professionnels de la santé sur le cancer du sein. Nous faisons des plaidoyers Pour la gratuité des soins des malades atteints de cancer